UA-109856668-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19.10.2010

Promenade à Saint-Guilhem le Désert

Nous nous étions promis, Chouchou et moi, de revisiter cette charmante cité que nous avions parcourue lors de notre première escapade sentimentale.

Par cette belle matinée ensoleillée, nous sommes arrivés sur ces lieux plein de charme où, si l'on fait abstraction des touristes envahissants, l'âme des templiers continue de flotter.

Un conducteur qui connaissait les lieux m'avait indiqué que les écrevisses étaient une spécialité locale...

Débarquant de notre chariotte à moteur, nous pistons (qui fait marcher la machine) les estaminets proposant ladite spécialité. Chance ! un restaurant à l'entrée du village l'affiche à sa carte. Nous nous dirigeons d'un pas assuré (ce qui ne sera pas le cas à la sortie) vers la salle en nourrissant le secret espoir de pouvoir déjeuner en terrasse avec vue imprenable sur les gorges de l'Hérault. La tenancière, avenante au demeurant, une grosse cinquantaine compensée par une jovialité débridée et une envie de retenir le client hors pair nous précise d'entrée de jeu que la terrasse est entièrement réservée (malchance...) mais que nous pourrons y prendre le café lorsque tous les autres occupants seront partis. Elle devait, donc, penser que compte-tenu de notre âge, nous aurions du mal à manger rapidement !

Installés à une table sympathique, après avoir piocher dans le copieux buffet de hors d'oeuvres, après que notre table fut enfin reconnue comme étant la 302 et non la 402 comme le croyait notre hôtesse volubile, un serveur zelé nous apporte les écrevisses sauce américaine que nous attentions impatiemment.

Ayant déposé les assiettes devant nos yeux ronds d'envie, il nous dit avec un sourire : " je vous apporte les bavoirs ". Nos regards se croisent, interloqués nous sommes !! le garçon aurait-il confondu les vifs presque quinquagénaires que nous sommes avec la charmante tête blonde, qui avait moins de trois ans et qui avait pris place à la table voisine ! trente secondes plus tard le garçon précédemment cité arrive avec deux bavoirs taille XXXXLLLL. Il me l'attache d'ailleurs fort complaisamment. Chouchou avec sa gaucherie habituelle (humour) tente de faire le noeud qui va bien derrière son cou.

Après quelques minutes de dégustation de ce plat savoureux au demeurant, nous nous sommes aperçus que la précaution était de fort bon aloi (comme aurait dit Maitre Capello) ... Cette fichue sauce avait une tendance naturelle à vouloir défier les lois de la gravité et à prendre certaines trajectoires horizontales qui auraient pu sans les boucliers dont nous étions dotés, maculer nos beaux habits du dimanche. Malgré la taille du bavoir, Chouchou a quand même réussi l'exploit de se tacher trois fois (deux fois à gauche et une fois à droite, ce qui fera plaisir à Ségo car il y a longtemps que la gauche n'avait pas gagné quelque chose...).

En résumé et pour faire un raccourci hatif, pour les écrevisses comme en Amour, sortez couverts !!!

PS : note publiée en 2007 qui a été écrite à deux mains (Chouchou et moi) et que j'aime particulièrement, d'où sa réédition !

15.10.2010

Saison terminée !

Et bien me revoilà... Il faut dire qu'avec les missions intérimaires dans des banques, les accompagnements en France et à l'étranger... et aussi, je l'avoue : Facebook (et oui : téléchargement des images avec rapidité, ce qui n'est pas le cas de notre cher site Midiblogs...) j'avais quelque peu abandonné mon blog !DSC04560.JPG Nouvel album avec mon dernier accompagnement : croisière sur la Sarre, La Moselle, le Rhin et le Neckar.

Qu'ais-je fait cette année ? un accompagnement sur la Costa Brava avec Barcelone, Les Pays Bas (Amsterdam, le parc floral de Keukenoff), la Belgique, deux fois la Baule, la Corse, les îles Canaries (Ténériffe) et pour finir une croisière sur le Rhin et ses affluents.

Nouveauté cette année pour mon boulot de guide-accompagnatrice, j'ai utilisé mon iphone avec les applications cityzeum et zevisit en complément de ma documentation. J'ai secoué l'iphone pour qu'il me localise et me donne les infos touristiques sur les régions traversées... Etonnement du conducteur qui voyait cela pour la première fois. Cela m'a servi, également, pour réviser la place Stanislas de Nancy avant de donner des informations sur place...

Ce que j'ai le plus apprécié ? La Baule et Ténériffe... Oui je n'ai rien eu à faire ! à la Baule, j'ai eu droit à une thalasso sur une semaine avec massages et bains bouillonnants : forfait abandonné par une cliente et à Ténériffe : la plage et la piscine, juste de l'encadrement lors des excursions... La belle vie, quoi !

Lors de périodes sans accompagnement, j'ai travaillé comme téléconseillère bancaire : bonne paye, bonne ambiance, je rempile à la prochaine occasion ! Pour l'année prochaine, on m'a, à nouveau, proposé des accompagnements à Ténériffe... La Belle Vie !

Au fait, je pars dans cinq semaines en Polynésie : Tahiti, Mooréa et Bora-Bora pour 14 jours...Voyage perso, je ramenerai de nouvelles photos ! A bientôt !

04.07.2010

Un loisir dangereux mais si intéressant !

Les explorateurs urbains, vous connaissez ? On les nomme aussi les rampants. Ils explorent des bâtiments, des maisons, des asiles, bref des sites abadonnés depuis des années. Ils se munissent de cordes, lampes frontales, pharmacie... et les voila partis... Catacombes de Paris où la police decouvrit une salle de cinéma higt tech en 2004, théâtre investi par les rebelles tchetchenes à Moscou qui fut investi par les soldats guidés par un explorateur urbain utilisant une galerie souterraine oubliée... Bref les histoires sont nombreuses...

Voici un lien si il manque un peu de piment dans votre vie :

http://www.forbidden-places.net/explo1fr.php

07.06.2010

De retour des îles Canaries

Ma valise pesant une tonne (46 pochettes Jet Tour à distribuer aux participants du voyages), j'arrivai, enfin ! Je m'installai à un café avec vue imprenable sur le lieu de rendez-vous... Une mémé à moitié aveugle entra, demanda de s'asseoir sans consommer... Je pensai tout de suite qu'elle était du voyage ! La suite le confirma ainsi que les troubles qu'elle apporta au cours du séjour...

Arrivée à l'aéroport d' Orly, ce fut un cafouillis indescriptible de la part des hôtesses de bord de Transavia.com, filiale KLM-Air France, incapables d'enregistrer un groupe sans mettre la pagaille ! Elles voulurent voir toutes les pièces d'identité en même temps, identifier les personnes, même si celles-ci étaient éloignées du comptoir, appelèrent les personnes une par une (certaines éloignées devaient se faufiler à travers les rangs serrés des autres voyageurs), distribuèrent à certains leurs cartes d'embarquement, à d'autres non, avec tickets de bagage ou sans... Enervement des uns, des autres, cartes d'identité perdues... ouf pour peu de temps... Le voyage débutait sous ses meilleurs auspices ! Nous arrivâmes à 4h du matin, une mémé piqua sa crise et déclara qu'elle ne partagerait pas sa chambre et qu'elle exigeait sur le champ d'avoir une chambre particulière... Je décidai de la laiser là, camper sur un canapé de l'accueil (ils savent, tous, depuis des mois qu'il faut partager leur chambre). Le lendemain, elle avait obtenu satisfaction en s'acquittant de la rondelette somme de 300 € de supplément ! DSC04227.JPGMon étonnement fut qu'elle marqua dans les appréciations à mon sujet : très bien ! je me serais occupée d'elle, elle m'aurait saquée !

Entre les personnes qui ne se présentèrent pas aux excursions que je dus chercher pour apprendre qu'elles avaient décidé de ne pas venir sans m'en avertir, celles qui houspillaient des vacanciers tranquillement assis sur leur transat au bord de la piscine, pour leur piquer leur place, celle qui fouillait dans les poubelles, dévalisait le buffet et entassait 10 tranches de pastèque dans son sac à main ou croquait dans un gâteau et le remettait sur le buffet (vous vous souvenez de la mamie arrivant au café !), le séjour se passa sans trop de difficultés !!!

 La veille du départ, on m'annonça que nos demandes de garder les chambres moyennant finance jusqu'à l'heure du départ étaient refusées (l'hôtel étant complet) et qu'il fallait les liberer à 12h (ce qui est dans les règles hotelières internationales), tohu-bohu de mes chers estivants qui déclamèrent faire de la résistance en ne quittant pas leur chambre à l'heure dite... ils furent vite expulser, sans ménagement, par les femmes de ménage... J'en pris plein la tête : il était inadmissible que des personnes âgées durent quitter leur chambre à 12h alors qu'elles quittaient l'hôtel à 23h pour l'aéroport... Moi, je m'en foutais, je profitai des belles piscines de l'hôtel... DSC04184.JPGMa question : pourquoi payer de si beaux voyages à des personnes qui n'en profitent pas et osent se plaindre ! 

 

Bientôt nouvel album sur les îles Canaries !

25.05.2010

C'est ceux qui payent le moins qui sont les plus pénibles !

Devise des serveurs, des conducteurs, des guides et des accompagnateurs qui se vérifient presque à chaque fois ! c'est ceux qui paient le moins qui sont les plus pénibles ! En voici encore un exemple :

Quelle semaine ! J'étais partie en me disant "mais à quoi peut servir une accompagnatrice pour un séjour thalasso dans une station balnéaire dont quelques excursions avec guide sur place ?"

J'ai vite compris ! Cela avait mal démarré : les têtes blanches se bousculaient à la porte de l'autocar : tout le monde voulait monter en même temps et se marchaient sur les pieds, abandonnant leurs valises sur le trottoir... Mécontentement du chauffeur ne voulant à aucun prix être pris pour un bagagiste...

Les arrêts pipis durent être fréquents, les couches (probablement pas des Pampers) avaient des fuites... Je l'avais déjà constaté lors de la montée avec les auréoles d'humidité aux fesses de certains... Les vessies ne toleraient pas une attente de plus d'une heure et demie... Et le transporteur ayant eu la bonne idée d'affrêter un autocar sans WC ! Ces belles dames fânées choucroutées, aux doigts boudinés cerclés de bagues anciennes serties de diamants ou autres pierres précieuses, poignets et décolletés fripés ornés d'or ostentatoire ne firent que caqueter, critiquer avec véhémence le voyage... Il était intorable en effet que ce voyage se fasse en autocar, pourquoi pas en train? itinéraire somme toute beaucoup plus rapide ! La suite du voyage ne fit qu'un cauchemar : les pauvres femmes devaient partager leurs chambres avec d'autres choucroutées sans avoir fait leur connaissance, sauf de les avoir cotoyé dans l'autocar ! j'ouvris le bureau des "pleurs" à l'entrée de la résidence où je récoltais diverses réclamations sur leur infortune : ronflements de la compagne de chambre, pipi la nuit... Une de ces excitées menaça sa compagne de chambrée de la poignarder, me menaça de frapper à ma porte toute la nuit pour que je lui pris une chambre particulière dont, bien entendu, elle ne voulait pas s'acquiter du supplément !

Une vieille dame distinguée dévalisa le buffet du petit déjeuner tous les jours de la semaine et empila son butin dans sa valise : sachets de sucre, moutarde, de cacao, de fruits secs... de quoi tenir des mois... Enervement des serveuses s'apercevant de la chose... Crêpage de chignons tous les jours d'excursions pour être aux premières places de l'autocar, SOS médecins appelés pour divers maux, enfermement de deux clients durant une heure dans l'ascenceur de l'institut de thalasso ! Appel aux pompiers... Enfin, l'heure du retour fut là avec ses bousculades et engueulades pour les places de devant... Une dizaine de personnes refusa de laisser sa place pour que les éclopés (entorse et pied endolori) purent étendre leurs jambes dans le couloir. J'arrivai enfin à trouver l'âme charitable pour laisser sa précieuse place et nous partîmes avec les grognements d'insatisfaction de ces pintades aux longues heures de vol, n'étant pas satisfaites de leur séjour thalasso ne leur ayant coûté que très peu, les aides octroyées ayant réglées les 3/4 !

12.05.2010

Tremblement de terre en Guadeloupe

Un séisme de magnitude 4.8 sur l’échelle de Richter a été ressenti le 7 mai en Guadeloupe et en Martinique. Aucune victime et aucun dégât ne sont à déplorer.

 

Le tremblement de terre, identifié d’origine tectonique, s’est produit, en début de soirée, à 19h12 précisément.

Son épicentre a été localisé à 23kms au nord-nord-est de l’île de la Désirade et à 40 kms de profondeur.

Le séisme a été ressenti sur toute la Guadeloupe et dans le nord de la Martinique. Aucun dégât et aucune victime ne sont à déplorer

Comme ils l’avaient prévu pour Haïti, les sismologues sont persuadés que Guadeloupe et Martinique, situées sur la même plaque tectonique qu’Haïti, seront, un jour ou l’autre, secouées par un séisme aussi important. Seule inconnue : la date du cataclysme…car comme pour Haïti, cela peut arriver dans un an comme dans 50 ans, sans forcément de signe sismique annonciateur dans les mois, les semaines ou les jours qui précèdent. Les sismologues ont cependant une certitude : "d’ici 10 ans, 50 ans ou un siècle, on connaîtra un ou de gros séismes antillais, qui seront certainement très destructeurs.

06.05.2010

Accompagnement aux Pays Bas

Que de pluie ! Optimiste, je n'ai emmené qu'un léger imperméable et un petit parapluie publicitaire offert par une grande marque de parfumerie... Il a failli passer dans une de ces innombrables poubelles de Hollande "dégueulant" de parapluies aux baleines cassées par ce vent furieux néerlandais....

Cela avait pourtant bien commencé, le soleil (pas trop chaud il est vrai !) avait accompagné notre itinéraire jusqu'à la frontière... Puis ce fut le Noooord ! Pluies, bourrasques ont accompagné notre court séjour... La buée sur les vitres lors de notre balade sur les canaux d'Amsterdam nous empêcha de voir les splendides maisons hollandaises mais nous permit de voir flotter de nombreux détritus dont la couleur dominante était l'orange (famille royale Orange-Nassau). La veille, la fête de la Reine avait battu son plein et la ville s'éveillait sous les immondices... Nous eûmes une charmante guide qui n'oublia pas de nous rappeler que nous Français étions les rois des grêves : Français = grêves, telle est notre devise aux yeux des étrangers (ce qu'elle se garda bien de nous dire est qu'Amsterdam vivait son 7ème de grêve des éboueurs et que tous ces détritus n'étaient pas dûs qu'aux libations des charmants amstellodamois !

Puis j'organisai un tour d'une heure dans le quartier rouge DSC03697.JPGet suivie par les 3/4 du groupe, nous fîmes du lèche vitrine : Euh, enfin le terme n'est pas exact pour ce qui nous concerna : nous regardâmes, vite fait, bien fait, les jeunes filles (pas de bonne famille) qui nous cachent peu leurs charmes comme les mannequins des Galeries Hausmann... Il y en a pour tous les goûts et... toutes les couleurs... Mon sens de l'orientation fit merveille et de tours et de contours (sauf de ces dames) nous nous retrouvâmes sur la rue principale donnant sur notre lieu de rendez-vous avec notre autocar.

L'hôtel sitié à Volendam, à quelques kilomètres d'Amsterdam fit sensation : un 4 étoiles qui nous reçu avec tables ornées de chandelles, bonne nourriture et chambres dignes de son rang ! Le Parc Keukenhof DSC03780.JPGétait du programme avec ses 32 hectares de tulipes et autres fleurs : je vous propose d'aller faire un petit tour sur mon nouvel album... Nous passâmes la nuit à Bruxelles (dans un 4 étoiles qui lui était loin de l'être sauf le hall d'accueil) mais qui, de part sa proximité avec la Grand'place me permis d'emmener mon groupe au centre historique. Le lendemain, visite guidée rapide de Bruxelles et le départ fut donné, itinéraire entrecoupé par le restaurant à Valenciennes et les arrêts pipi obligatoires... Tout se passa bien, juste peut-être un couple qui s'étonna de devoir régler une facture de 15 euros de télévision aux Pays Bas et qui nous assura n'avoir pas regardé de films payants : un chauffeur (avec l'esprit mal tourné peut-être mais qui n'était pas le mien) m'assura que papy avait du regarder des films pornos pendant que mamie dormait... Le quartier rouge avait-il donné des idées à ce monsieur d'un âge vénérable ? Nous ne le saurons jamais, ce qui est sur est que mamie n'était pas contente à propos de cette note qu'elle estimait être une erreur et que papy lui disait de laisser tomber....

29.04.2010

Les pires touristes du Monde : les Français !

Nous avons été élus les pires touristes du Monde, pour la troisième fois, en 2009. Et en 2010, notre comportement aura-t-il changé ?

Radin, râleur et impoli, le voyageur tricolore n’a pas la cote à l'étranger.

C'est une étude internationale réalisée par TNS Infratest pour Expedia auprès des hôteliers qui nous a mis à la première place de ce triste record !