Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25.05.2010

C'est ceux qui payent le moins qui sont les plus pénibles !

Devise des serveurs, des conducteurs, des guides et des accompagnateurs qui se vérifient presque à chaque fois ! c'est ceux qui paient le moins qui sont les plus pénibles ! En voici encore un exemple :

Quelle semaine ! J'étais partie en me disant "mais à quoi peut servir une accompagnatrice pour un séjour thalasso dans une station balnéaire dont quelques excursions avec guide sur place ?"

J'ai vite compris ! Cela avait mal démarré : les têtes blanches se bousculaient à la porte de l'autocar : tout le monde voulait monter en même temps et se marchaient sur les pieds, abandonnant leurs valises sur le trottoir... Mécontentement du chauffeur ne voulant à aucun prix être pris pour un bagagiste...

Les arrêts pipis durent être fréquents, les couches (probablement pas des Pampers) avaient des fuites... Je l'avais déjà constaté lors de la montée avec les auréoles d'humidité aux fesses de certains... Les vessies ne toleraient pas une attente de plus d'une heure et demie... Et le transporteur ayant eu la bonne idée d'affrêter un autocar sans WC ! Ces belles dames fânées choucroutées, aux doigts boudinés cerclés de bagues anciennes serties de diamants ou autres pierres précieuses, poignets et décolletés fripés ornés d'or ostentatoire ne firent que caqueter, critiquer avec véhémence le voyage... Il était intorable en effet que ce voyage se fasse en autocar, pourquoi pas en train? itinéraire somme toute beaucoup plus rapide ! La suite du voyage ne fit qu'un cauchemar : les pauvres femmes devaient partager leurs chambres avec d'autres choucroutées sans avoir fait leur connaissance, sauf de les avoir cotoyé dans l'autocar ! j'ouvris le bureau des "pleurs" à l'entrée de la résidence où je récoltais diverses réclamations sur leur infortune : ronflements de la compagne de chambre, pipi la nuit... Une de ces excitées menaça sa compagne de chambrée de la poignarder, me menaça de frapper à ma porte toute la nuit pour que je lui pris une chambre particulière dont, bien entendu, elle ne voulait pas s'acquiter du supplément !

Une vieille dame distinguée dévalisa le buffet du petit déjeuner tous les jours de la semaine et empila son butin dans sa valise : sachets de sucre, moutarde, de cacao, de fruits secs... de quoi tenir des mois... Enervement des serveuses s'apercevant de la chose... Crêpage de chignons tous les jours d'excursions pour être aux premières places de l'autocar, SOS médecins appelés pour divers maux, enfermement de deux clients durant une heure dans l'ascenceur de l'institut de thalasso ! Appel aux pompiers... Enfin, l'heure du retour fut là avec ses bousculades et engueulades pour les places de devant... Une dizaine de personnes refusa de laisser sa place pour que les éclopés (entorse et pied endolori) purent étendre leurs jambes dans le couloir. J'arrivai enfin à trouver l'âme charitable pour laisser sa précieuse place et nous partîmes avec les grognements d'insatisfaction de ces pintades aux longues heures de vol, n'étant pas satisfaites de leur séjour thalasso ne leur ayant coûté que très peu, les aides octroyées ayant réglées les 3/4 !

Les commentaires sont fermés.