Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29.08.2008

La Reine Blanche ou la reine peu connue

Belle mais peu fortunée, Louise de Lorraine est la fille de Nicolas de Lorraine, comte de Vaudémont, prince peu fortuné, et de Marguerite d'Egmont. e77b1b9c00dba3f0621b771c5aefb202.jpgDifficile à marier à cause de sa relative pauvreté, mais d'une beauté qui deviendra célèbre (elle est grande, blonde), elle est remarquée par le futur Henri III, lorsqu'il s'arrête à Nancy à la fin de 1573. Devenu roi de France en 1574 et pressé par sa mère Catherine de Médicis de se marier, il ne s'y décide qu'après la mort de Marie de Clèves, son grand amour. Il choisit alors Louise, à la surprise générale. Le mariage a lieu à Reims, le 15 février 1575, deux jours après le sacre du roi. Les deux époux paraissent très épris l'un de l'autre et ils resteront très proches malgré les difficultés.
Ayant peu de goût pour la politique et peu l'habitude des fastes, Louise s'intègre assez rapidement à la cour après une courte période de tension avec sa belle-mère. Elle aime et pratique la danse, grande passion du roi. Son malheur, au-delà des infidélités de son époux, est de ne pouvoir enfanter. Enceinte dès les premières semaines de son mariage, elle a fait une fausse-couche en avril ou mai 1575, suite à une purgation prescrite par des médecins, puis a contracté une maladie qui l'a rendue stérile. Les cures thermales et autres traitements, les pèlerinages et prières publiques ou privées se succèdent tout au long du règne. La reine craint d'être répudiée, d'autant que s'ouvre en 1585, après la mort sans héritier du dernier fils de Catherine de Médicis, une crise de succession qui débouche sur la dernière guerre de religion du siècle. Désespérée par l'assassinat d'Henri III (août 1589), elle reste fidèle à ses volontés : elle se rallie à Henri IV dès avant sa conversion puis lui offre ses services pour négocier la soumission de son frère le duc de Mercoeur, chef de la Ligue en Bretagne, mais les conférences d'Ancenis (fin 1594-début 1595) échouent. Elle échoue également dans ses différentes demandes (au roi, au Saint-Siège) pour que soit puni le commanditaire supposé de l'assassinat d'Henri III (le duc de Mayenne) de même que l'ordre des jacobins d'où venait l'assassin.
Retirée à Chenonceaux, dans sa chambre aux tentures noires040983355e7c657cd44da7712e3d5623.jpg propriété de Catherine de Médicis qui lui a léguée le château (janv. 1589), Louise connaît de grosses difficultés d'argent, aggravées par les manœuvres de Gabrielle d'Estrées pour s'emparer du domaine en traitant avec les créanciers de Catherine et les siens. Elle finit par le céder à sa nièce, fille du duc de Mercoeur. Elle meurt à Moulins en janvier 1601, réaffirmant dans son testament sa fidélité à son époux et demandant à Henri IV de tenir sa promesse : faire inhumer son prédécesseur dans la chapelle des Valois à la basilique de Saint-Denis. 188d3a3f4c3ad1c36e9f1c65d9448ad4.jpg
Les contemporains de Louise de Lorraine ont loué ses grandes qualités, affirmant souvent qu'Henri III n'aurait pu faire meilleur choix parmi les princesses européennes. Elle a toutefois été éclipsée de son vivant par d'autres femmes plus impliquées dans la vie politique ou plus désireuses de briller à la cour, et sa mémoire n'a pas laissé beaucoup de traces dans l'histoire.

On lui reconnaît néanmoins unanimement le mérite d'avoir été, dans une époque troublée, un soutien indéfectible de la monarchie.

Commentaires

Belle leçon d'histoire transportée par le cours de la Loire si riche en patrimoine.
Bonne journée à toi. @++

Écrit par : PLANET TAKA-YAKA | 29.08.2008

Oui, je revisite cette belle région, cette vallée des rois si belle et si riche en Histoire....

Écrit par : merise | 29.08.2008

Les commentaires sont fermés.