Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19.12.2007

Ne pas confondre sanglier et... sanglier !

Le métier de sanglier

Dépourvues de noeuds et de branches basses, le tronc élevé de l'épicéa de la forêt du Jura se prête bien au levage des sangles. a6028007263386cd689b1c4ed62c115b.jpg

L'artisan sanglier choisit les plus belles grumes d'épicéa au tronc bien droit, net de noeuds et à l'écorce tendre et grasse.

Il enlève d'abord l'écaille de l'écorce, le "yar" avec la plumette, sans entamer la pâte blanche. Il prélève ensuite les bandes d'épicéa, appelées sangles, dans le sens de la longueur, avec un couteau à sangle.

Un sanglier habile peut s'amuser à faire des sangles de plus de 20m,
mais dans la pratique ce n'est pas vraiment utile !

De retour à l'atelier, les sangles sont enroulées en escargot, et disposées sur claies le long des façades. Elles peuvent aussi être suspendues par paquets dans un grenier bien aéré.

Le séchage nécessite au minimum un mois par temps sec.

La fabrication de la boîte :

On découpe des ronds dans des planchettes d'épicéa à l'aide de la rondeleuse munie d'une scie à cloche pour les fonds et les couvercles.

Le tour de la boîte, appelé targe ou pliure, est tranché avec la targeuse.
Couvercles et fonds de boîtes sont agrafés ensembles.

Les commentaires sont fermés.