Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16.03.2007

L'histoire du camp de Rieucros en Lozère

C'est en 1939 qu'elle débute réellement :

À la suite des décrets-lois promulgués en 1938 par Daladier (2 mai et 12 novembre), les dispositions prises soulignaient « la nécessité de mener une action méthodique, énergique et prompte en vue de débarrasser notre pays des étrangers indésirables ».

C'est sur un terrain appartenant au Grand Séminaire de Mende qu'est installé le camp de Rieucros. Ce lieu devient le premier camp d'internement en France. Des hommes, réfugiés étrangers antifascistes, républicains espagnols, réfugiés allemands et autrichiens y furent internés.

C'est donc en 1939 et en application d'un décret du 21 janvier 1939 que Rieucros est «ouvert». Servant tout d'abord à l'internement de combattants de la guerre d'Espagne, il devient le 02 octobre 1939 camp disciplinaire pour femmes « indésirables et suspectes ».

Un jour, vers quatre heures du matin, on réveilla les femmes internées à Paris.. On les fit sortir de leur cellule, embarquer dans des voitures cellulaires et sous surveillance policière, elles embarquèrent dans ce train spécial pour Rieucros en Lozère mais aucune d'elle connaissait la destination

Les raisons d'internement deviennent aussi variées qu'arbitraires : la catégorie la plus nombreuse est celle des femmes internées pour " autres motifs " comprenant des délits comme galanterie et racolages, défaut de carte d'identité, mauvaise conduite, etc...
Conditions matérielles et morales sont déplorables, elles doivent endurer la faim, le froid et des conditions d'hygiène quasiment nulles. On n'y a, toutefois, jamais pratiqué la torture et la mise à mort systématique.
Il faut se garder de mettre le camp de Rieucros au même rang qu'un camp de concentration nazi.

Avec l'installation de Vichy, l'internement devient de plus en plus menaçant pour les internées pour raison politique et raciale, en particulier allemandes.

Rieucros fût pour certaines l'une des antichambres de la mort.

De nombreuses espagnoles du camp d'Argelès arrivent en 1941.

En janvier 1941, sur les 453 internées, on compte 39 enfants de 14 ans ou moins mêlés aux détenus de droit commun. Les conditions de vie au camp sont très dures. Quelques détenues arrivent à s'en évader, quelques autres « non politiques » sont libérées à condition qu'elles quittent la France. Le 13 février 1942, les 320 femmes et les 26 enfants restant détenus à Rieucros sont transférés au camp de Brens près de Gaillac (81).

Commentaires

une page noire de notre histoire que l'on s'est empressée d'oublier comme bien d'autres

Écrit par : ulysse | 17.03.2007

Très intéressant et bien documenté.
Ma mère était une des détenues de Rieucros qui a réussi à s'échapper.

Écrit par : Robert | 28.03.2007

merci Robert ! Je suis passionnée par l'histoire et les histoires de la dernière guerre.

Écrit par : merise | 02.04.2007

Très intéressant; mamère était aussi une des détenues de Rieucros qui a réuusir à s'échapper ....

Écrit par : machou75 | 02.02.2008

Les commentaires sont fermés.