Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09.03.2007

La cathédrale Sainte Cécile d'Albi

Au XIIIe siècle, Albi est au coeur de l'hérésie cathare. Lorsqu'en 1277 l'initiative est prise de construire la cathédrale Sainte Cécile, le catharisme est en voie de résorption sous l'effet d'une violente répression. Néanmoins, jugeant la situation encore instable, les catholiques, maîtres de la ville depuis peu de temps, décident d'édifier une cathédrale-forteresse qui doit être une démonstration de leur puissance. Celle-ci est idéalement placée sur un promontoire rocheux qui surplombe la vallée du Tarn d'une trentaine de mètres.

medium_IM3670-hr.jpg

Avec ses fenêtres hautes et étroites comme des meurtrières, Sainte Cécile d'Albi semble prête à soutenir un siège. La première pierre est posée en 1282 et le choeur est consacré en 1480 : les campagnes de construction du gros-oeuvre se sont donc étendues sur deux siècles. A la fin du XVe, on élève les trois derniers étages du clocher, qui ne figuraient pas sur les plans initiaux (on désirait alors que la tour ne dépasse pas le reste de l'édifice). A cette période, on ajoute également le jubé, rompant avec l'idée d'unité du volume. Enfin, en 1509, on fait appel à des peintres italiens pour la décoration intérieure (ces peintures, encore splendides, n'ont jamais été restaurées).

medium_IM3675-hr.jpg


medium_IM3651-hr.jpg
Pendant la Révolution, certaines statues du jubé ont subi des dégradations, mais, dans son ensemble, la cathédrale a été plutôt épargnée. En 1843, à l'occasion de la restauration de la toiture, on ajoute un bandeau à faux mâchicoulis avec un chemin de ronde et quelques tourelles, ce qui accentue l'allure de forteresse.
Dans une église, le jubé est une tribune et une clôture de pierre ou de bois séparant le chœur liturgique de la nef. Il tient son nom des premiers mots de la formule latine « jube, domine, benedicere » (« daigne, Seigneur, me bénir ») qu'employait le lecteur avant les leçons de Matines.
Un véritable musée d’art chrétien.

medium_min_tresor_accred.jpg


medium_IM3651-hr.2.jpg



A l’intérieur, les fresques de la voûte , pleines de couleurs, sont l’œuvre de peintres de la Renaissance Italienne (1509-1513).La peinture du Jugement Dernier (1474-1484) offre une fabuleuse bande dessinée où le Ciel, la Terre, l’Enfer sont mis en scène. Réalisée selon la technique de la détrempe, elle couvrait à l’origine plus de 200m2. Elle fut mutilée dans sa partie centrale au XVIIIème siècle pour accéder à la chapelle située sous le clocher.


Le buffet d’orgues fut réalisé par Christophe Moucherel au XVIIIème siècle.Ses dimensions hors du commun (16.40m de large - 15.30m de haut) et la variété de ses décorations le classent parmi l’un des plus beaux de France. Des concerts gratuits sont programmés les mercredis et dimanches en juillet et août.

Les commentaires sont fermés.