Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31.01.2007

dépêche AFP : on parle de réintroduire le loup en Ecosse

La réintroduction de loups en Ecosse, dont la dernière présence remonte à 200 ans, serait bénéfique à l'environnement mais aussi en termes économiques, selon un étude rendue publique mercredi. Une équipe de scientifiques dirigés par Erlend Nilsen, de l'université d'Oslo, dont l'étude est publiée par la Royal Society, l'académie des sciences britannique, affirme que la présence de loups permettrait de maîtriser la population de cerfs, qui doivent être actuellement abattus en raison des dégâts qu'ils infligent à l'environnement.
Evaluant l'impact de l'introduction de trois meutes dans les Highlands écossais, elle estime que la population de cerfs diminuerait rapidement tandis que celle des loups augmenterait de manière proportionnelle. Puis les deux populations se stabiliseraient et après un délai d'une soixantaine d'années, les deux espèces vivraient en équilibre, à condition que le nombre de biches tuées n'excède pas 5% de leur total.

Leur reproduction ?
Les loups s'accouplent une fois par an. La période de rut s'étale de janvier à avril selon les régions. Dans les meutes de moins d'une dizaine d'individus, seul le couple dominant se reproduit. Son agressivité est alors à son paroxysme, inhibant l'instinct reproducteur des autres membres de la meute. Ce comportement permet de sélectionner les meilleurs individus pour la reproduction.

La louve porte ses petits pendant environ 60 jours. A l'approche de la naissance, entre février et juin, elle se met à la recherche d'une tanière où mettre bas, de préférence près d'un point d'eau. A la naissance, les petits, au nombre de 2 à 5, sont aveugles et désarmés mais dès l'âge de 2 semaines, leurs yeux s'ouvrent et la curiosité les pousse vers l'issue de la tanière. La mère les allaitera pendant 2 mois avant de commencer le sevrage par une alimentation composée de viande régurgitée.

Toute la meute participe à l'éducation des louveteaux, y compris les jeunes de l'année précédente qui servent tour à tour de nourrice et de compagnon de jeux. A l'âge de 4 mois, le louveteau prend le nom de louvard. Dès l'âge de 6 mois, il commence son éducation et apprend à reconnaître les pistes, les proies et les limites de son territoire. De taille adulte vers 1 an, il participe à la vie de la meute. Mature à l'âge de 2 ou 3 ans, il pourra choisir de rester dans la meute ou de partir à la recherche l'âme sœur pour fonder une nouvelle famille. Devenu loup solitaire, il devra parfois parcourir de très longues distances, en prenant soin d'éviter les territoires d'autres meutes. L'éparpillement est une nécessité pour l'espèce afin d'assurer un brassage génétique et la conquête de nouveaux territoires.

A force d'observation de meutes en liberté, force est de reconnaître que la légendaire fidélité du loup n'est qu'une légende!
En effet, la constitution de paires, souvent antérieures à la maturité sexuelle des individus, ne s'est pas avérée synonyme de couple stable et fidèle. Les loups s'accouplent ou tentent de le faire sans tenir compte des préférences individuelles, nouées parfois depuis de nombreuses années car, en effet, si des relations de préférence se nouent entre les deux membres du couple reproducteur, il est impossible de parler de fidélité, voire même de stabilité. La disparition d'un des membres du couple change parfois le statut de l'autre, l'adaptation faisant loi.

Les commentaires sont fermés.