Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25.01.2007

Le requin fossile pêché au Japon

L'équipe d'un parc aquatique japonais a pu filmer cette semaine un spécimen de requin rarement vu vivant. L'habitat naturel de ce squale se situe en effet à une profondeur comprise entre 600 et 1000 mètres.
Un pêcheur a alerté dimanche le parc Awashima de Shizuoka, au sud de Tokyo, après avoir observé un drôle d'animal aquatique ressemblant à une anguille avec une gueule pleine de dents acérées.
Le personnel du parc a pu capturer la créature, qui mesure 1,6 mètre, et l'a identifiée comme étant une femelle de requin lézard, souvent qualifié de "fossile vivant" étant donné le peu d'évolution de l'espèce depuis la Préhistoire.
Le requin est mort quelques heures après sa capture. "Nous pensons qu'il est venu vers la surface parce qu'il était malade, ou alors qu'il était affaibli parce qu'il était dans des eaux peu profondes", a déclaré un responsable du parc.
D'autres poissons fossiles au cours des années antérieures ont été pêchés. Il y a eu aussi des monstres vus au Antilles, par exemple, ou ailleurs.... On connait Nessie! Mais cette fois-ci, nous avons bien vu ce reportage télévisé aux informations de 20 h hier soir : Il ne semble pas qu'il y ait eu trucage!
D'autres poissons-fossiles : le coelacanthe :
Qu'est ce qu'un coelacanthe? Ce 'fossile vivant' serait vieux de 400 millions d'années! Au début du siècle, on pensait qu'il avait disparu avec les dinosaures, mais on a découvert en 1938 qu'il avait survécu et qu'il existait toujours dans l'archipel des Comores quelques centaines d'individus vivants quasiment semblables à leurs ancêtres du Dévonien. En 1998, une nouvelle population de coelacanthes a été découverte en Indonésie, dans l'archipel des Sulawezi.
Si le coelacanthe venait à disparaître, ils laisserait sans réponses de nombreuses questions, dont celle de la place du poisson dans l'évolution depuis la préhistoire. Est-ce le coelacanthe, avec ses nageoires primitives en forme de membres, ou le dipneuste ('lungfish'), ce poisson à poumons et branchies capable aussi bien de respirer de l'air que d'extraire l'oxygène de l'eau, qui serait le plus proche de la lignée qui a conduit aux amphibiens, et donc au reste des tétrapodes, jusqu'à nous ? La question reste ouverte.
Le coelacanthe actuel, Latimeria Chalumnae, date du début de l'époque dévonienne, il y a 410 million d'années. Il mesure jusqu'à 1,5 mètre et pèse jusqu'à 100 kg. Les mâles adultes sont en général un peu plus petit que les femelles. La coloration est bleu foncé avec des marques distinctives blanches.
Le coelacanthe a emprunté de nombreux caractères aux poissons cartilagineux, comme les requins, ainsi qu'aux poissons osseux, et reste entre les deux. Comme le requin, le coelacanthe a une valve en spirale au niveau de l'intestin, pour augmenter la surface et ainsi mieux absorber la nourriture. Comme le requin, il a comme épine dorsale un long tube cartilagineux rempli de liquide, ce qui fournit un support ferme mais flexible pour les muscles. Par contre, il une tête osseuse, des dents et des écailles.
C'est le seul vertébré qui dispose d'un joint intracranien, ce qui lui permet, comme chez les grenouilles, de lever la machoire supérieure en même temps qu'il abaisse sa machoire inférieure et d'engloutir de grosses proies.
Encore plus surprenant, le coelacanthe est un ovovivipare : il donne naissance à des jeunes vivants, et a fait cela longtemps avant que les premiers mammifères n'apparaissent. Les femelles pondent des oeufs de la taille d'une orange, qui éclosent à l'intérieur. Les embryons consomment leur poche vitelline, ainsi que les oeufs non-éclos. Certains indices laissent à penser qu'ils obtiennent nourriture et oxygène de leur mère. Mais il reste encore beaucoup de mystères. " Nous ignorons combien de fois les coelacanthes se reproduisent, leur période de gestation, où les jeunes vivent, quel est leur taux de croissance, ..." dit un scientifique.
La plupart des activités des coelacanthes est hors de portée des humains : Durant la journée, ils séjournent dans des grottes ou des failles dans la lave. Ils chassent la nuit, descendant à des profondeurs de 600 mètres ou plus, hors de portée des sous-marins ou de la zone effective des transmetteurs fixés sur les marqueurs qu'on leur a posés.
Les coelacanthes agissent comme de grands rapaces glissant dans les airs : ils utilisent les courants océaniques et les tourbillons, retournant à leurs grottes après la chasse en opérant lentement de grands cercles. Contrairement à la croyance populaire, il n'utilisent pas leurs nageoires pour marcher sur le fond de l'océan.
Voici des photos de monstres échoués sur la plage et aussi un article paru dans France-Antilles sur ce monstre vu par des pêcheurs au large des Saintes!!!

medium_coelacanth_ng88.4.jpg
medium_creaturegela.jpg
medium_creaturegela3.jpg
medium_imamonstreauxsaintes.jpg

Commentaires

sacré captain némo, il arretait pas de lui filler à bouffer, c normal qui soit devenu com ça la pauv bête

Écrit par : pierrot le zygo | 25.01.2007

Alors, pour la petite histoire, ne pas dire : koélacanthe, mais célacanthe... Sont coquins ces coelacanthes !
Ca va Merise ? Et Chouchou ?

Écrit par : Gene | 25.01.2007

Bien Gene, très bien et Chouchou aussi. Je l'entraîne pour la plongée : il va passer son niveau I!!! pour m'accompagner dans mes expéditions sous-marines

Écrit par : merise | 25.01.2007

Les commentaires sont fermés.