Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29.03.2006

tests psycho ...avant de partir

2nd TEST PSYCHOLOGIQUE

ETES-VOUS "NORMAL" ?
Vous etes vous jamais demandé si votre esprit est normal ou s'il est différent ?

Bon faites ce petit exercice de réflexion et vous trouverez la réponse !

Suivez juste les instructions, et répondez aux questions une par une, et aussi vite que possible, mais n'avancez pas avant d'en avoir terminé avec la précédente.

Maintenant, descendez (mais pas trop vite vous pourriez rater quelque chose).

Combien font :





























1+5






































2+4



























































3+3





























































4+2
























































5+1




















































Maintenant répétez dans votre tete le chiffre 6 ausi vite possible pendant 15 secondes puis descendez d'écran.




































































VITE PENSEZ A UN LEGUME !! puis descendez à nouveau.






































































Descendez encore.




















































Vous pensiez à une carotte pas vrai ?
Si ce n'est pas le cas, vous faites partie des 2% de la population dont l'esprit est assez différent pour penser à autre chose.
98% de la population répondront "carotte" si on leur donne cet exercice à faire.
Ca fout les boules hein ?

Et bien vous n'allez pas le croire, moi j'avais pensé à tomate, alors je fais partie des 2% et vous? Allez Gene, Pierrot, Ulysse, Dorothée, Jérôme, Alexandra, Tisseur....Avouez !

De retour de Venise...Mais je repars!

Ca y est je suis rentrée de Venise, un week end long à trotter de 9h du mat à 21h! au programme, Venise avec ses églises (j'avais une carte d'entrée dans 20 églises mais n'ai pu en "faire" que six), Palais de Doges (bien sur) avec la basilique Saint Marc, des musées dans des palais vénitiens superbes (ai vu, entre autres, la femme à l'éventail de Modigliani) Murano et ses verriers, Burano et ses dentelles (Burano : c'est superbe! avec les maisons multicolores) Mon ami a fait plus de 300 photos mais je n'aurai pas le temps de les mettre sur mon blog... Peut être un jour! Demain, jeudi je pars dans l'Aveyron pour ma saison. Alors juste petite entrevue ici et Good Bye..! Et promis, si je peux aller sur le web à Saint Geniez d'Olt, je viendrai mettre quelques notes et voir vos blogs. Je vais promener mes petits vieux, en espérant qu'ils ne laisseront pas quelques souvenirs sur les sièges (cela arrive aussi)! Qu'ils ne parleront pas trop du voisin, de la voisine, sans écouter ce que je dis, sans regarder les magnifiques paysages (cela arrive aussi!) qu'ils ne penseront pas qu'à manger et à faire pipi! Ca, c'est fréquent aussi! Bref, j'espère des papis et mamis sympas, cools! Allez à bientôt! Bises à tous, bises à Gene, bises à Pierrot (je retiens pour l'apéro Pierrot) à Ulysse, à Tisseur, à Dorothée..... Bisous

24.03.2006

une petite note pour vous dire aurevoir

Je pars cette nuit pour l'aéroport de Marseille, un week end de 4 jours à Venise, puis au retour, ce sera presque le début de ma saison dans l'Aveyron. Je vous dis aurevoir et à bientôt pour de courtes escapade sur midiblogs. Très contente de vous avoir connus virtuellement et en vrai hier soir! mes amitiés à toutes et à tous...continuer histoire à inventer sans moi! bises à tous

23.03.2006

légende aveyronnaise

Ce soir là, un dimanche, jour de fête à la Loubière, une bande de jeunes conscrits d'Agen était allée au bal en ce village. Ils avaient soupé copieusement à l'auberge, bu du vin rouge pour arroser le festin, et du blanc pour avaler la fouace. Ils avaient dansé, tard dans la nuit, bourrées, branlous, polkas et mazurkas avec quelques jeunes filles de l'endroit. Après avoir fait leurs adieux à leurs galantes cavalières, nos agentols, plus ou moins éméchés, s'en retournèrent donc en chantant pour se donner du courage. La nuit était noire, le chemin de plus en plus difficile. La hardiesse verbale de leur bavardage diminuait à mesure qu'ils approchaient du gué de Bouyssou. C'était le moment de se serrer les coudes et de se tenir sur ses gardes.
"Z-z-z-z-ou-ou-ou !..." Qu'est-ce que c'est?... La "chèvre blanche de Pré-Jaloux" ?... murmurèrent certains, d'une voix étranglée par la peur. Ce n'était que le souffle d'un orage qui se préparait. Le tonnerre grondait. Les éclairs zébraient les ténèbres. La pluie commençait à tomber à grosses gouttes. Impossible d'avancer. Mais où donc s'abriter? Les grands genêts au bord du chemin s'inclinaient comme des parapluies. Ils s'y réfugièrent. Blancs de peur, transis de froid, trempés jusqu'aux os, ils attendirent, peut-être plus d'une heure, la fin de ce déluge. Les trombes d'eau s'amenuisèrent. Ils reprirent leur cheminement dans l'obscurité.
Il était une fois, il y a bien longtemps, près du moulin de Bouyssou, là où le ruisseau d'Agen se jette dans l'Aveyron, une espèce de chose ou d'être fantastique, de fantôme, de revenant, d'apparition bizarre, qui effrayait, certains soirs, la population agentole. C'est mon arrière grand-mère qui m'a raconté cette légende. Elle la tenait, elle, de son arrière... arrière... Les soirs d'hiver, les piètons attardés n'osaient pas s'aventurer dans ces parages. Il n'y avait pas encore de pont pour franchir le ruisseau. On le traversait à gué, en sautant sur trois ou quatre grosses pierres espacées d'un grand pas d'homme. La vallée de l'Aveyron, resserrée à cet endroit comme une gorge, offrait un aspect peu engageant. Le chemin de Bouyssou à la Loubière n'était qu'un affreux boyau ou sentier, caillouteux ou boueux, plein de bosses et de trous, praticable seulement pour les piétons et les bêtes de somme.
(Adaptation d'un Conte du Drac," Lo caval de la Calquièira" de Jean Boudou (1920-1975), écrivain et conteur occitan rouergat, de grande renommée.)
"Vvvou-ou-ou-ou!..." Qu'est-ce que c'est?... L'Aveyron en crue débordait déjà sur les rives du Pré-Jaloux! Et le ruisseau? Il roulait des flots furieux qui dépassaient en hauteur, et de combien, les pierres du gué! Impossible de traverser! Revenir à la Loubière? On risquait de se faire encercler par les eaux! Le désespoir les gagnait, les submergeait...
Soudain, une forme étrange, comme une écharpe de brume plus claire, se mit à flotter vaguement devant leurs yeux apeurés. Ca allait et venait doucement, d'un bord à l'autre du chemin, ça se rapprochait, ça s'éloignait, ça revenait... Qu'est-ce que c'est?... La "chèvre blanche" pour sûr?... Mais non, c'était plus gros... Alors, la "vache blanche"?... Non, c'était bien plus agile... La "jument blanche" peut-être?... Et pourquoi pas?... Ca folâtrait, ça tourbillonnait, ça cavalait, et même ça se rapprochait. On distinguait maintenant quatre pattes souples, une encolure superbe et grâcieuse, une magnifique queue en panache, une belle tête, expressive, intelligente!... A n'en pas douter, c'était bien la "jument blanche"!
Le plus courageux, ou le moins peureux, de la bande s'approcha... La bête se laissa gentiment caresser les naseaux, puis les oreilles, puis la crinière! "Hi-hi-hi-hi!..." un hennissement de plaisir semblait dire en réponse : "Bonjour, mes amis; me voici à votre service!..." "Quelle chance nous avons! dit le plus astucieux. Si nous pouvions monter tous en croupe sur cette charmante bête, elle nous transporterait sûrement de l'autre côté!" Aussitôt dit, aussitôt fait! Le plus grand, agrippé à la crinière, se hisse sur la providentielle monture, qui se laisse enfourcher sans broncher. Puis le second, puis un troisième, puis un quatrième, puis un cinquième, et les autres à la suite! Oh! miracle! Chaque fois qu'un jeune montait, l'échine de l'animal s'allongeait... comme la saucisse fraîche au trou de l'entonnoir! Ne restait plus par terre que le plus petit, le plus timoré... "Alors, tu montes? Dépêche-toi!" lui lance le premier. "Attendez un peu, réplique le dernier, resté sur le chemin. Mes parents m'ont toujours recommandé de me signer avant de traverser un gué par temps d'orage!" Ce qu'il fit aussitôt...
Mais alors, mes amis, un vacarme effrayant éclata, un grondement horrible, un hurlement de rage et de fureur, bien plus fort que le fracas du tonnerre, et qui ébranla les collines, les arbres, les rochers et retentit longuement en échos dans toute la vallée! D'un seul coup, la trop belle monture se dissipa, comme par enchantement. Pfuiitt! Elle retourna à sa forme primitive de brume blanchâtre et en un clin d'oeil, disparut!... Et tous nos jeunes gens, sauf le petit dernier, se retrouvèrent, le cul par terre, sur les cailloux et dans les flaques du cheminEt, pendant qu'ils frictionnaient leur postérieur endolori, résonnait tout là-haut dans les nuages un ricannement diabolique, une clameur affreuse, une voix tonitruante qui criait :
" Sans un signe de croix, j'en noyais vingt-trois!"
Qui donc criait ainsi, vous vous en doutez, peut-être... C'était bien le Diable, le Drac ou Dracula, le Fantasti, le Gripet, le Rapatou, Satan, Chitan ou Belzébut; appelez-le comme vous voudrez. Mais n'allez surtout pas vous promener tout seul, surtout les nuits d'orage, sur le chemin de Pré-Jaloux. Vous risqueriez d'y devenir fou... et d'être enfermés à Cayssiols.

21.03.2006

un petit reportage sur les secours pas en hélico!

professionals.pps

20.03.2006

Petits Pâtés de Pézenas et berligots

Les spécialités de Pezenas :

Petits Pâtés de Pézenas:

Une préparation sucrée-salée en forme de bobine, apportée au milieu du XVIIIe siècle par les cuisiniers indiens de lord Clive, Vice-Roi des Indes, venu prendre quelques repos à Pézenas .

Elle se consomme réchauffée en début de repas, et s'accompagne d'un vin blanc sec (type Picpoul de Pinet) ou doux (type Muscat de Saint-Jean de Minervois ou encore Rancio). On la trouve dans toutes les patisseries de la ville. Elle peut très facilement se transporter et se conserver au réfrigérateur.

La Très Noble et Très gourmande Confrérie du Petit Pâté de Pézenas, 6 rue du four de la ville, tient son chapitre annuel le jeudi de l'ascension ; elle veille à la qualité du produit, qui est en instance de classement en indication Géographique Protégée.


Le berlingot de Pézenas :

C'est une autre spécialité locale. On en ignore l'origine. Le sucre est dressé en batonnet et parfumé à diverse essences (anis, menthe, café, citron, ...).

Cette friandise peut se conserver de long mois. une seule fabrique, l'entreprise Boudet, continue aujourd'hui cette fabrication artisanale, que l'on trouve dans toute pâtisserie et épiceries de la ville.

Un stand de dégustation est établi place Gambetta et place des 3/6, au coeur de la vielle ville. Fabrication artisanale, visite gratuite sur demande,le matin, sauf le dimanche.

19.03.2006

TON AGE AVEC DES MATHS CHOCOLATEES

NE TRICHE PAS ET NE VA PAS DIRECTEMENT A LA FIN !
Cela va te prendre moins d’une minute.
Fais les calculs au fur et à mesure que tu lis le texte ...
Fais en sorte de ne pas lire la fin tant que tu n’as pas fini les calculs !
Tu ne vas pas perdre ton temps. Tu vas t’amuser.



1. Combien de fois par semaine aimes-tu manger du chocolat ? (le chiffre doit être supérieur à 0 et inférieur à 10)



2. Multiplie ce chiffre par 2 (pour que ce soit un nombre pair)




3. Ajoute 5



4. Multiplie le résultat par 50 (je vais attendre que tu mettes en marche la calculette)




5. Si tu as déjà fêté ton anniversaire en 2006 ajoute 1756. Si tu n’as pas encore fêté ton anniversaire cette année ajoute 1755.




6 Maintenant retranche l’année de ta naissance (nombre de quatre chiffres).




Le résultat est un nombre de trois chiffres. Le premier chiffre est le nombre de fois que tu aimes manger du chocolat par semaine.



Les deux chiffres suivants correspondent à . . .



TON AGE !! (ouiiiiiii !!! Ton âge !!!)

2006 EST LA SEULE ANNEE JUSQU'A LA FIN DES TEMPS OU CELA FONCTIONNE

Ca rejoint ma note sur l'éthanol. News AFP

Une pénurie d'essence aux Etats-Unis et des prix à la pompe remontant à leurs sommets atteints après l'ouragan Katrina: tel est le scénario de plus en plus envisagé par les analystes qui mettent en cause de nouvelles normes environnementales et le manque de capacités de raffinage.

"Cet été, l'essence a des chances de repasser la barre des 3 dollars le gallon", assure Mike Fitzpatrick, analyste de la maison de courtage Fimat.

Le prix moyen de l'essence sans plomb aux Etats-Unis avait dépassé pour la première fois les 3 dollars le gallon (3,78 L) le 5 septembre 2005, à la suite des dommages causés par le cyclone Katrina sur les installations pétrolières du golfe du Mexique.

Cette fois, les raisons avancées pour une nouvelle hausse des cours sont tout autres: l'entrée en vigueur de nouvelles normes environnementales sur la composition de l'essence.

Plusieurs Etats américains ont commencé ces dernières années à interdire l'usage de l'éther de méthyle et de butyle tertiaire (MTBE) comme additif de l'essence. Ce composant chimique évite au moteur de produire des détonations lors de la combustion.

Il lui était toutefois reproché de créer des risques pour la santé publique, via son infiltration dans les nappes phréatiques. Or, dans une loi de 2005, le Congrès a accrû la responsabilité des compagnies pétrolières en cas de contamination des sols par le MTBE.

Dès lors, ces dernières ont décidé de remplacer ce composant par de l'éthanol avant que ne commence la saison des grands déplacements de l'été 2006.

A priori anodin, ce changement pourrait avoir des conséquences importantes sur l'offre en essence et les prix à la pompe.

Ainsi, le département de l'Energie (DoE) a averti cette semaine des risques de pénurie et de hausse des prix, car selon lui, la transition entre le MTBE et l'ethanol pourrait entraîner "des déséquilibres locaux entre l'offre et la demande et une poussée des prix".

Car l'arrivée d'une essence mélangée à de l'éthanol est un véritable défi pour les pétroliers américains, posant des problèmes inédits au niveau de la production, de la distribution et du stockage.

"La principale question est: aurons nous assez d'éthanol?", estime James Williams, analyste chez WTRG Economics.

Selon le DoE, les capacités de production d'éthanol aux Etats-Unis fonctionnent déjà à plein régime. Un peu moins de 300.000 barils sont produits chaque jour, alors qu'il en faudra quelque 130.000 de plus pour se conformer à la nouvelle règle.

Ces risques de pénurie s'inscrivent par ailleurs dans un contexte où la demande d'essence est forte et où toutes les raffineries n'ont pas encore récupéré des dommages causés par les ouragans Katrina et Rita.

Selon l'Institut américain du pétrole (API), trois raffineries sont toujours partiellement ou complètement fermées six mois après le passage des ouragans.

"Ces raffineries représentent environ 5% des capacités de raffinage" du pays, estime l'API. "A l'exception de la période suivant immédiatement les ouragans, la production des raffineries est à son plus bas mensuel depuis février 2003."

Parallèlement, la demande d'essence est supérieure à sa moyenne des cinq dernières années "et pourrait atteindre de nouveaux records à la fin mai", quand la saison des grands déplacements aura commencé, souligne M. Fitzpatrick.

Les courtiers ont commencé à anticiper ces risques pesant sur l'approvisionnement en essence. Les cours ont ainsi pris près de 13% en une semaine et se sont établis à leur plus haut depuis octobre.

Si les prix à la pompe restent encore loin des 3 dollars le gallon (ils valaient 2,39 dollars jeudi), ils sont quand même actuellement supérieurs de 17% à leur niveau d'il y a un an.

Contrairement à nombre d'analystes, James Williams ne croit toutefois pas à des prix dépassant 3 dollars car "au regard du niveau des réserves d'essence, la situation est actuellement excellente".