Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03.01.2006

LETTRE A MON FRERE

Il y a trois mois, tu as décidé de nous quitter, tu nous a abandonné, sans aucune explication. Tu as laissé ton épouse gravement malade, hospitalisée, tu as laissé ta maman âgée de 79 ans pour qui, nous le savions, tu étais le chouchou. Tu venais d'avoir 53 ans. Tu étais en bonne santé, tu aimais plaisanter. Tu devais venir en vacances chez moi dans le Sud, emmener ton épouse qui n'a jamais vu la mer. Vous ne partiez jamais en vacances, le crédit de la maison à payer, puis ce fut le chômage. Mais tu avais retrouvé du travail, pas très loin de chez toi, un travail pas très intéressant mais qui t'apportait un salaire tous les mois. Ta femme, la veille du départ, a du être emmenée à l'hôpital, diagnostic quelques temps après : cancer des poumons qui s'est généralisé, avec métastases au cerveau. Elle ne sait pas qu'elle n'a plus très longtemps à vivre, elle a le moral et toi tu sais que tu ne pourras pas vivre sans elle, alors tu nous quittes. Mais elle, malade, au fond de son lit d'hôpital, as-tu pensé à sa détresse? à la détresse de ta famille? Elle a encore le moral, elle pense s'en sortir sans toi. Elle essaie de ne pas trop penser à toi. A l'hôpital, elle arrive à penser à autre chose mais quand elle est rentrée, juste pour les fêtes, elle a pensé à toi, à ton geste, elle t'en veut! Moi aussi!

Commentaires

Un jour je me suis demandé quelle était la principale qualité humaine.
J'en ai conclu que c'était LE COURAGE.
Il nous en faut parfois davantage pour accomplir les tâches les plus obscures et les plus humbles que pour accomplir un acte héroïque.
Louis BALLESTER

Écrit par : Louis BALLESTER | 03.01.2006

Les commentaires sont fermés.