Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21.12.2005

Qu'est-ce qu'une guide-accompagnatrice?

En France, vous pouvez être soit guide (avec carte professionnelle) ou guide-accompagnatrice ou encore dénommée accompagnatrice. Le guide a fait des études de tourisme, tourisme régional (avec carte régionale à la fin des études) ou guide national. L'accompagnateur, lui, n'a pas besoin d'avoir suivi des études de tourisme. Il peut être soit un baroudeur ou ancien baroudeur ou quelqu'un qui est arrivé là tout à fait par hasard. C'est mon cas, j'ai suivi des études de secrétariat. J'ai habité plusieurs départements français (je suivais mon mari fréquemment muté) et ai travaillé soit en CDD ou en intérim. Arrivée dans l'hérault, j'étais en mission dans une banque lors du passage à l'Euro, nous avons eu un petit temps calme après la "tempête" et nous avons eu le temps de nous délasser en lisant le journal : le Midi Libre! et c'est là que j'ai lu une offre d'emploi cherchant un guide pour un hôtel dans les Pyrénées Orientales. J'ai téléphoné et nous avons convenu d'un rendez-vous. Le jour du rendez-vous, il y eût tempête de neige mais je réussi à aller à Font Romeu avec ma 106 sans équipement et sans souci. L'hôtelier fut convaincu qu'ayant bravée la tempête, j'avais envie d'avoir ce poste et ainsi fut fait. Je commençai quelques mois plus tard ce travail de guide locale. Auparavant, je me serai documentée trois mois, près de 8h par jour sur la région et conçu un mémo. Je commençai mon job et j'eu beaucoup de compliments sur ma documentation. Les passages en Andorre étaient intéressants pour moi et le conducteur (un nouveau pour chaque groupe accompagné) avec les commissions chez les commerçants visités. l'année dernière, l'hôtel fut vendu et malheureusement le nouvel hôtelier me rélegua les premiers jours de cette saison 2005 dans un appartement tout petit avec deux couples très bruyants. J'abandonnai au bout de trois jours, l'hôtelier ne voulait pas me loger ailleurs. (auparavant je logeais à l'hôtel) je me "retournai" donc auprès de mes contacts (j'avais pris des contacts grâce aux conducteurs d'un voyagiste qui recherchait de temps à autres des accompagnatrices) et bingo, je commençai peu de temps après le travail. Cette année, j'ai accompagné des groupes deux fois pour une croisière Strasbourg-Amsterdam, les lacs italiens et Venise, Malte, la Belgique, la Suisse, la Turquie. Ce travail d'accompagnatrice est en fait la plupart du temps un travail de guide (il faut commenter l'itinéraire : beaucoup de travail de documentation et de saisie) essayer d'apporter une solution aux problèmes exposés par les clients (du plus petit au plus grand), les guider dans les aéroports, contacter les guides locaux si il y en a pour les rendez-vous, pour résumer : materner un groupe 24h sur 24. Rien à voir avec le travail de guide local où vous laissez votre groupe dès que vous avez fini l'excursion. Parfois, nous sommes vraiment que des accompagnatrices lorsque nous partons en aérien. Il y a un guide local et nous sommes juste là pour materner le groupe, pas de commentaire, pas de travail de documentation préalable. Par contre dans ces cas là, nous n'avons pas de commission, si il y en a, le guide local et le chauffeur local prennent leur part sans rien donner à l'accompagnateur. Les voyages en autocar sans guide local sont plus rémunérateurs pour les accompagnateurs. Les commissions sont aussi de plus en plus rares. Les voyagistes tirant de plus en plus la couverture à eux, proposant des forfaits qui ne peuvent plus être proposés par l'accompagnateur et le conducteur. Pour bien gagner sa vie, il vaut mieux être guide dans des grottes par exemple (ce que je faisais lors de mes vacances scolaires lointaines) vous avez 5 à 7 visites par jour et à chaque fois les pourboires. En accompagnant un groupe 8 ou 12 jours, vous n'avez que les pourboires à la fin du circuit (2 ou3 euros en moyenne par personne et parfois moins car les pourboires ont été donnés au guide local et au chauffeur local) je paie aussi mes frais de déplacement pour me rendre sur Marseille ou Lyon, ceci nest pas remboursé par le voyagiste. Un métier peu rentable mais qui permet de voyager, d'aller dans de beaux hôtels, de bons restaurants... Mais ne pas oublier que les touristes (souvent des personnes âgées) ne sont pas faciles (il faut compter un grincheux par groupe, voire plus) A voir pour les amateurs!

Commentaires

Tous les hommes et toutes les femmes ne sont pas comme ça. Mais il faut de tout pour faire un monde.

Écrit par : DELAVANT | 23.12.2005

Les commentaires sont fermés.