UA-109856668-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01.12.2017

Le cadeau de départ de l’entreprise

ouah... plus à utiliser des trains et tramways sur-bondés pour me rendre au travail dans cette grande entreprise d’assurances...

Expérimentée dans la gestion de dossiers de capital décès, l’offre d’emploi avait fait tilt et j’avais occulté complètement les temps de transport...me voici à nouveau élève, cette fois-ci dans une équipe peu accueillante mais bon, j’avais déjà vécu pire... Puis, les dossiers s’amenuisant, l’alternante se trouvant dépourvue quand la bise fut venue...euh, non quand il n’y eut plus de dossiers à instruire, j’eu la bonne idée, comme toujours, d’informer mon manager que je ne souhaitais pas être renouvelée... Bien évidemment, j’annoncai cela 7 semaines avant la fin de mon cdd..quand honnêteté te tient...et c’est là que tu regrettes l'éducation recue par tes parents dont la devise était l'honnêteté avant tout  ! Euh... je dirais, ça ne paie  pas souvent et dans le cas présent, cela se confirma une nouvelle fois ! à peine mon départ annoncé, je fus sanctionnée et affectée à une activité qui, il faut le dire, n’endommage pas les méninges...

les managers ne connaissant pas cette activité, une cdd eut la bonne idée, la maline, d’en profiter pour leur faire croire que celle-ci était tellement ardue qu’elle demandait une formation poussée et se proposa comme instructrice pour les nouvelles venues...Sa formation ponctuée de souvenirs personnels...faut bien étoffer le discours pour que la formation s’eternise car expliquer des copier-coller sur un temps long est une gageure...cele marcha tellement bien que les managers annoncèrent que cette activité était devenue la plus compliquée du service...et moi je continuais mes copier-coller destructeurs de méninges jusqu’a la fin. Pour mon ancienne équipe, j’etais descendue tellement bas que j’entrai dans la caste des intouchables...

Et j’en viens au cadeau de l’entreprise qui, pour enfoncer le clou, m’affecta La dernière après-midi, à l’agrafage de courriers, ordre qui ne me fut même pas communiqué par mon manager.  Non, on ne donne pas d’ordre direct à une moins que rien mais par une autre collègue en cdd...

La méprisée se rebella, quelle mouche l’a piquée ? Elle se rendit dans l’antre du manager qu’elle informa de son refus d’accomplir cette tâche ingrate !

Une heure après, convocation auprès de la N+2 qui me menaça d’informer la DRH de mon refus, ne comprit pas mon explosion de ras le bol du mépris affiché par mon ancienne équipe qui se gausserait encore plus que je sois devenue agrafeuse mon dernier jour...je me souciai peu de sa menace, elle m’indiqua qu’elle s’etait trompée sur moi, qu’elle m’avait fait confiance...bref, le chantage habituel pour que l’autre ressente de la culpabilité...je lui répondis que parfois, cela arrivait que l’on se trompe...puis qu’elle espérait que j’allais faire ce travail qui bien sur était indispensable à la bonne marche du service, je lui répondis du tac au tac : vous espérez ? Euuuh.. non j’ordonne...comme un bon petit soldat, j’agrafai ma dernière après-midi avec deux pauses à rallonges... faut bien reposer ses neurones...

J’ai appris, aujourd’hui, que mon éclat auprès de la N+2 avait bénéficié aux autres cdd car je n’etais pas seule embarquée dans cette cérémonie de départ, un avait été affecté les deux derniers jours de son cdd aux collages d’accusé de réception, ma copine et moi, à l’agrafage, nos derniers jours, également... et ce jour, donc, plusieurs cdd en cours de mission furent affectées à l’agrafage et eurent droit aux remerciement empressées de la N+2 !! 

30.11.2017

Koh Lanta au bureau !

vous connaissez Koh Lanta avec ses épreuves sportives, ses pactes et stratégies ? Et bien, au bureau, c’est Tout Koh Lanta mais sans les épreuves sportives...

Les stratégies  entre CDD et alternants sont de mises...tels vont essayer de déstabiliser d’autres pour qu’ils ne souhaitent pas être renouvelés : 3 ont été éliminés ainsi... d’autres se lient avec des CDI ou/et managers qui pourraient leur apporter une aide dans leur quête du graal : le cdi... les relations se font et se défont, certains sont trahis... Et parfois, il y a des retournements de situation inattendus... non aux votes pour éliminer un candidat mais à une révélation où l’on apprend que de trop vouloir jouer avec le feu, on se brûle les ailes...

17.11.2017

Une vie s’est arrêtée dans le couloir de la gare

Des bâches noires, un cordon de sécurité composé de personnel du SAMU, de policiers ferroviaires, des visages figés, une vie s’est en allée dans le couloir triste de la gare.


Les uns tirent leur valise, courent et n’accordent aucun regard à ce spectacle inhabituel...indifférents. Le train pour Bergerac supprimé, je redescends dans le couloir et vois une femme, la cinquantaine, éplorée, répétant à l’infini : « mais qu’est-ce qu’il m’a fait ?


Une vie s’est arrêtée dans un couloir de la gare dans l’indifference générale, je rentre, triste, quelle importance que mon train ait été supprimé, qu’il faille attendre le train suivant... quelle importance qu’au boulot, certaines me snobent...une vie s’en est allée dans un gare, je vois le visage de cette femme choquée et en colère que son mari, son compagnon l’ait quitté si soudainement... après le choc, la colère, viendra le chagrin, la poitrine qui se serrera, le manque de l’autre...

13.11.2017

Les parisiens toulousains

Me voici débarquée dans un grand groupe d'assurances pour un cdd de 6 mois qui sera suivi d'un, je le pensais, de la même période...Je m'étais dit, bon j'y resterai un an maximum et basta ! Vous savez, moi, rester dans une société vitam aeternam, très peu pour moi...Bien, évidemment, je n'avais rien dit...et on m'annonça que j'étais là pour trois ans et que ces 6 mois étaient une période d'essai...

Nouveau job de conseillère retraite où j'appris dès le premier jour qu'il fallait 18 mois sur le poste pour être autonome... Et bien je ne le serai donc jamais...L'accueil fut très  froid. Seule cdd, les cdi, malgré mes efforts d'intégration, ne m'adresseront la parole que pour le travail. Parler d'autres choses, que nenni !

Une ratatinée lesbienne veillait jalousement sur sa protégée qui faisait quelques apparitions dans le service, entre des arrêts de travail à rallonge. Cette vieille mégère entourée de sa cour ne se serait pas abaissée à parler à une CDD...Quelle horreur ! Les autres tentaient quelques petits sourires à mon encontre, dès qu'elle franchissait la porte... Je passai mes 6 mois seule, sans aucun contact, sauf avec le service d'en face dont certaines cdi s'étaient pris de pitié pour moi. Pour me changer les idées, je créais des petites notes humoristiques sur chaque collègue qui régalèrent mes amis Facebook. J'avais décrit, entre autres, un collègue en le nommant : Mutique...Il entrait dans le bureau en disant bonjour, en ressortait en disant bonsoir, sans autre mot prononcé au cours de la journée et je le croisais de temps à autres dehors avec ses écouteurs aux oreilles...Quelques jours avant la fin de mon cdd (j'avais annoncé vouloir m'en aller) le mutique se mit à me parler et m'expliqua son mutisme envers ses collègues qui le dédaignaient aussi...Je n'étais pas seule dans cette galère...Je lui montrai sa note et celles des autres et nous passâmes le reste du cdd à rigoler en aparté...J'appris par la suite qu'il fallait 6 mois avant d'être intégrée socialement, ces parisiens débarqués à Toulouse ne voulant pas accepter quelqu'un avant cette période d'essai..

Salut Mutique avec qui nous échangeons, encore 6 mois après, des sms...Bon vent à toi !

harcèlement sexuel ?

Une petite envie de reprendre mon blog...Je me suis souvenue d'un boulot de téléconseillère mutualiste dans le Ch'Nord.

Formée durant 15 jours par une cinquantenaire très sympathique, je pu, enfin, me lancer dans ce boulot si prenant de téléconseillère. Il n'y a pas à dire dans le Ch'Nord, les gens sont sympas, ils ne se prennent pas la tête et sont très accueillants...Très accueillant ? euh ? peut-être un peu trop... une semaine avant la fin de ce cdd, j'étais invitée à un cocktail avec Chouchou. Ma tenue vestimentaire habituelle ne convenant pas, je me déguisais en femme fatale, enfin plutôt en femme du monde : robe ajustée et escarpins et cela dès mon départ de la maison. Je n'allais pas rentrer at home, me rendant au boulot en train.

"je peux te poser une question ? me dit ma formatrice très sympathique" Bien sur ! Est-ce que toi et ton mari êtes un couple libertin ? Nooon, pas du tout ! Quelques instants plus tard : tu as été choquée par ma question ? Nooon pas du tout ! Ah parce que mon copain et moi voudrions bien essayer ! ah ben, oui...mais moi non ! Mon changement de look avait fait vaciller son regard... les jours suivants, je la vis venir au travail avec des jupes serrées et des décolletés plongeants...ouf la fin du cdd arriva !

11.11.2017

Décidément les open-Space, ce n’est pas pour moi !

les accompagnements terminés en 2013, j’ai repris mes boulots de sédentaire, délaissant mes missions de globe trotteuse. Beaucoup de postes en open-Space où le féminin l’emporte sur le masculin, ce qui plairait aux 300 professeures qui demandent cette prédominance féminine en orthographe ! Mais à vrai dire, dans le monde du travail, moi qui suis une femme, je déclare que ce sont les femmes qui font en sorte d’être inférieures aux hommes par leur bassesse, leur manque d’humilité, leur considération ras les pâquerettes ! Encore une fois, je vis dans un microcosme féminin où se côtoient princesses dédaigneuses et leur cour...les conversations d’un intérêt suprême tournent autour du Dieu Netflix, d’Instagram ou Kardashian...Ces princesses sans tiare me dédaignent, evitent mon regard : leurs yeux ne doivent pas se poser sur quelqu’un d’aussi insignifiant ! Il leur arrive de parler de choses intimes juste à côté de moi, moi qui suis invisible à leurs yeux...Vous pensez que j’en suis malheureuse ? Et bien, vous vous trompez, comment peut-on être triste d’etre dédaignée par des personnes qui ne s’interessent qu’à des sujets aussi futiles ? Je suis juste affligée... un musée, la visite d’un village pittoresque, l’art, l’histoire des cathares, un oiseau qui se pose sur une branche...est bien loin de leurs préoccupations... les leurs sont de se moquer du physique d’une collègue ou de choses du même acabit... vous pensez que je ne ris pas ? Oh que si ! Je ris très souvent mais pas de la même chose...bon c’est vrai, toutes les employées de l’open Space ne sont pas ainsi mais il faut bien l’avouer, c’est bien une minorité, celles qui ne se prennent pas pour des descendantes directes du roi Soleil et s’interessant à des sujets qui requièrent une intelligence au dessus de 60...Ce qui m’a toujours intrigué ? Comment peut-on se croire supérieure aux autres alors que l’on est juste une gestionnaire en open-space et ne pas avoir la grosses tête quand on chapeaute 170 personnes, comme le fait Chouchou.., serait-ce justement la différence de QI ?

20.12.2015

J'ai failli retourner faire une saison de guide

Ah j'ai été tentée...Par curiosité, je regarde toujours les offres de Pole-Emploi de guide-accompagnateur. Voici une offre alléchante : guide pour un hôtel basé en Dordogne !

Salaire pas mal, excursions intéressantes, hôtel trois étoiles avec piscine : le site de l'hôtel est alléchant, je me vois déjà faire quelques plongeons dans la piscine...

ça me rappelle cet hôtel dans le Luberon avec piscine où j'ai exercé ce beau métier de guide une saison : belle piscine...mais interdite au personnel, belle qualité de nourriture...mais pas pour le personnel qui mangeait au sous-sol dans une pièce infâme, les restes de la veille, belles chambres... les trois guides logeaient dans des garages aménagés en chambre : pas de fenêtre, une porte en bois : un vase clos...

Les galères des saisonniers : j'en ai connu quelques unes avec des hébergements minables, des chefs guides alcooliques et brutaux, des heures à ne plus en finir : animations le soir après une journée de guidage bien entendu non rémunérées, etc...

Mais j'ai connu aussi de très bons moments : les félicitations de la clientèle (je garde précieusement un dossier complet de fiches d'appréciations) de belles rencontres, la recherche de documentation toujours exaltante, etc...

J'avais accepté la rencontre avec l'hôtelier et puis réflexion faite, j'ai dit non : les inconvénients étaient supérieurs aux avantages : loin de mon mari, très peu de jours de repos pour être avec la famille...J'ai choisi, un 5ème CDD dans la même mutuelle m'attend : l'ambiance est nulle mais bon le travail est intéressant, le soir je suis chez moi de bonne heure, j'ai mes week end, mes jours fériés...

Une autre fois peut-être !

05.01.2015

Finie la vie de patachon !

2013 aura été ma dernière saison d'accompagnatrice de voyages. Je ne supportais plus de monter et descendre des escaliers du métro en traînant ma valise de 20 kilos, de supporter des récriminations de clients râleurs, alcooliques, agités, etc... Soit ils engueulaient le personnel de l'hôtel ou des musées ou le guide ou bien sur, moi, l'accompagnatrice !

Des gens riches qui se plaignent de ne pas avoir le luxe qu'ils auraient payé ? Non ! des gens à faibles revenus gâtés par les Caisses d'Action Sociale dont le voyage à 1000 € est en grande partie réglé par ces caisses.

Bref, ne nous attardons pas sur le manque de reconnaissance de ces gens. J'ai, aussi, rencontré (mais vraiment très peu) des personnes intéressantes : je me souviens de ce monsieur, un artiste peinte, qui vit avec 500 € par mois. Il a vécu une vie de rêve avec sa compagne riche qui, un jour l'a quitté... Rencontre avec Antonio, mon guide espagnol, vilipendé par mes touristes qui ne comprenaient pas ses commentaires, tellement son accent espagnol est fort et son français peu travaillé mais quelles rigolades avec lui mais aussi quelle inquiétude : sera-t-il bien au départ de l'excursion ? ne se sera-t-il pas resté endormi quelque part ?  Je me rappelle d'une attente de car, commandé par Antonio...qui n'est jamais venu...

Quelle rigolade avec cet accompagnateur où une demi-journée libre, nous avons fait quantité de bars avec notre Antonio... Nous ne retrouvions plus nos chambres.

Quel stress j'ai eu : à 5h du mat, aéroport : plusieurs personnes de mon groupe non enregistrées sur le vol, voyageurs perdant leurs bijoux ou cartes d'identité à la sécurité, voyageurs se perdant en cours d'excursion dont une que l'on retrouvera, saoule, couchée sur un banc, animations prévues mais non faites pas un hôtelier, etc..

Maintenant, je suis gestionnaire prévoyance dans une mutuelle, 4ème cdd dans cette mutuelle... La suite : on verra !